Un projet pharaonique

Le projet “Cœur de Poulfanc” dont une des phases les plus importantes vient d’être présentée par le Maire, si dans ses objectifs affichés peut être partagé par tous, présente des carences graves et qui vont le rendre à terme difficilement supportable par les habitants. Réunir les quartiers du nord et du sud de la route de Nantes, pourquoi pas. Rendre la traversée de cet axe plus sécurisée, c’est indispensable. Offrir aux habitants un cadre de vie plus agréable, c’est louable. Mais il faut que toutes les conditions  et les préalables soient réunis pour atteindre ces objectifs. Ce n’est absolument pas le cas.

Vue panoramique actuelle
Vue projet finalisé

Un coût trop élevé et mal maîtrisé

D’abord, ce qui n’a pas été évoqué, c’est le coût de ce projet. Bien sûr rien n’est gratuit, cela va sans le dire; mais c’est mieux en le disant. Ce projet d’un coût  estimé de plus de 8 000 000 d’euros, va peser sur les finances de la commune pendant de nombreuses années, donc sur la fiscalité avec une charge de 400 euros par habitant ! Et encore tout n’est pas inclus dans ce coût exorbitant et il n’y a pas eu de réactualisation communiquée. Il y aurait eu certainement d’autres moyens pour réduire ce coût, notamment en revoyant à la baisse des objectifs certainement trop ambitieux. Augmenter à n’importe quel prix le nombre d’habitants de Séné pour dépasser des seuils, n’était pas raisonnable et laisser aux habitants actuels une telle facture  n’est pas un choix de gestion équilibrée mais le résultat d’une ambition démesurée.

Sur le plan urbanistique, la densification importante des constructions nouvelles, n’apporte pas un cadre de vie suffisamment agréable pour les nouveaux habitants et détruit celui des riverains. Il est clair que les impératifs nationaux et locaux, notamment dans le cadre des schémas directeurs de l’agglomération, vont dans le sens d’une plus grande densification. Mais rien n’oblige à remettre en cause un agrément de vie qui une des caractéristiques de notre commune en ajoutant environ 1500 nouveaux habitants. Ce projet va dans le sens de la création d’une cité-dortoir sans âme et avec des risques d’insécurité à terme.

Une urbanisation trop densifiée

Comment créer des bouchons

La circulation automobile prévue par le projet devra être bannie dans le sens est/ouest (et réciproquement)  pour favoriser les circulations douces dans le sens nord/sud. Pourquoi pas. Mais que vont devenir 20 000 véhicules qui sont en transit quotidiennement sur ce secteur ? Les études dans des cas similaires, montrent que les personnes qui se trouvent empêchées ou gênées par des embouteillages, trouvent des solutions alternatives. La circulation automobile va donc naturellement se déplacer vers le sud, notamment rue de Limur ou Boulevard François Mitterrand, rendant chaque jour le boulevard Cousteau encore plus embouteillée pendant 4 heures. Ou même vers des rues adjacentes qui sont aujourd’hui tranquilles. Beau résultat ! On ne change pas les nécessités par des interdictions ou des blocages.

La circulation douce pour les vélos ne présente aucune continuité de liaison entre Vannes et Theix, laissant la place à l’insécurité pour ce type de mode de transport que le Maire veut promouvoir. C’est de la courte vue et des éléments de communication. La pratique en est aujourd’hui constatée rue du Verger où la circulation des 2 roues est devenue dangereuse.

Circulation douce sans continuité réelle

Les nuisances d'une voie de bus

Une voie de bus en site propre et dans un seul sens est prévue sur la longueur du projet, soit environ 300 mètres. En amont et en aval rien. La conséquence est que ces bus vont être au-delà soumis aux embouteillages que le projet va naturellement créer et que la minute gagnée sera très largement perdue. Comment obtenir l’inverse de l’objectif tout en faisant croire que tout est prévu !

Malheureusement, cette voie de bus inopérante génère un dévoiement nuisible pour les riverains. 

Les habitations actuellement en bordure de la contre-allée de la route de Nantes, vont se trouver demain en prise directe avec la circulation avec comme séparation une simple palissade en bois. Malgré un abaissement envisagé du niveau sonore de 1 à 7 décibels, ce qui va rester faible, les habitants seront forcément importunés par le bruit et les fumées.

Pas de respect pour les riverains

Un stationnement inadapté

Les nouveaux immeubles vont avoir des parkings souterrains. Seront-ils sécurisés et en nombre suffisant? L’expérience montre que les habitants laissent leurs véhicules en surface. Mais là les emplacements seront limités, voire inexistants. De plus, les places de stationnement pour les commerces seront également limitées. Les professionnels dont le chiffre d’affaires dépend pour une part importante de la circulation de passage vont certainement apprécier. Certains ont déjà mis la clé sous la porte.

Beau résultat !

La Maison des habitants, c’est bien. La Maison pour les habitants c’est mieux. Avec l’augmentation importante du nombre d’habitants, on aurait pu penser que la culture et les sports auraient été au rendez-vous. Rien pour les enfants, rien pour les jeunes. Une centralité pour ce nouveau quartier est indispensable. Certes, la commune a déjà le Grain de Sel au sud du Bourg, mais c’est très loin. Un espace culturel aurait été le bienvenu. Dommage.

Les jeunes et la culture oubliés ?

Plan de composition
Périmètre ZAD

Bref, voilà un projet certainement trop ambitieux qui a été mal pensé, pas ou peu  concerté avec les habitants et notamment les riverains. Car la communication où l’on propose des éléments déjà décidés en comité restreint, ce n’est qu’un simulacre de démocratie. Il est bien sûr trop tard pour réduire la facture, pour remettre en cause une course effrénée à la densification, mais il ne l’est pas encore pour revoir certains aspects du projet, notamment la protection des riverains, une réflexion sur un véritable plan de circulation en pleine coordination avec la ville de Vannes, une nouvelle évaluation de la dernière tranche et une concertation effective sur l’utilisation des surfaces en dehors du projet . Il est aussi possible de revoir le plan de stationnement et de rechercher les solutions acceptables pour les commerces pour qu’ils continuent à contribuer au dynamisme et à la convivialité de notre commune. 

Notre association réfléchit sur  toutes ces questions et sera à même, le moment venu et en concertation avec les habitants, de faire des propositions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *